Expériences

Je suis attirée par les préparations des recettes d’émaux, le résultat est incertain  au premier échantillon, mais avec de la patience, et de l’ajustement, la couleur se révèle peu à peu.

En empreintes dans la terre crue, j’aime chercher des objets de récupération comme des filets à légumes, de la paille, du cannelage de chaise, de la ficelle, des feuillages, des plumes d’oiseau, le tanin du vin, les napperons, les dentelles, les plastiques à bulles, bref tout ce que l’on jetterait est précieux pour laisser son empreinte dans la terre, en plus de nos doigts qui restent notre premier outil, tout cela nous permet d’être créatif en poterie.

Je tourne à nouveau de petites pièces, après un arrêt d’environ 3 ans.

Après avoir mélangé plusieurs approches des mains, et positions des doigts, j’avais oublié l’essentiel, il me restait le centrage (bien heureusement) qui est la base même du tournage, commencer par centrer sa terre sur la girelle, pour qu’elle tourne rond, et moi je ne tournais plus rond (!!!!!!)

Grâce à 2 heures passées avec Alain, calmement, en douceur, ses mots, ses gestes ont portés leurs fruits, j’ai oublié ce sac de noeuds de techniques, pour revenir à un geste lent, simple et agréable qui m’a permis à nouveau de voir monter les bols, les pots. Grande victoire pour cette étape,  car il y en aura d’autres. Je pense à faire des pièces plus grandes. Là, aujourd’hui, je tourne 500 grammes de terre, très fièrement.

Pot tourné décor bambou                                                                                                               Pot tourné décor bambou

20131125_202519

Un japonais et un bambou 30 cm de haut

CIMG0912

Chouette, la chouetteCIMG0909 CIMG0936 CIMG0954 CIMG0979 IMG_0045 CIMG7118Boite en terres mêlées, marron et blanche